Mieux comprendre les étapes du deuil


C’est mon 1er article de blog et il a une saveur toute particulière. En effet, je traverse actuellement un deuil au moment d’écrire ces lignes. Voilà quelques jours que Impro, ma chienne compagne de 9 ans de vie m’a quitté.

Et oui, le deuil est un sujet pas super joyeux, on est d’accord mais que nous vivons tous : personne proche, animal de compagnie, projet qui nous tenait, un doudou … Aussi, en comprendre la mécanique peut être intéressant pour mieux le traverser soi même ou accompagner des proches confrontés à cette situation. Connaitre ces étapes permet aussi de faciliter le travail de deuil.


Les 4 étapes du deuil

(à ne pas confrondre avec la courbe du deuil de kübler-ross )


1. Sidération ou déni

« Je n’y crois pas », « c’est pas possible »

C’est un moment où on se retrouve comme dissocié de notre corps, comme anesthésié. Ce mécanisme naturel est là pour nous protéger d’une trop grande souffrance et éviter des actes comme le suicide.

Cette phase peut durer quelques heures à quelques jours/semaines. Au-delà un accompagnement, par un médecin ou un thérapeute (hypnothérapeute ou autre), sera important pour ramener la personne à la réalité.

C’est d’ailleurs tout le sens des obsèques où l’on voit le cercueil lors de la cérémonie pour nous ramener à la réalité. C’est aussi un moment aussi important car c’est souvent à ce moment là que le réseau de soutient se met en place.


2. La fuite ou la recherche de la personne disparue

Lors de cette étape qui durent en moyenne entre 6 et 18 mois, 2 mécaniques se mettent en place

– Fuite :

C’est un mécanisme de défense que se met en place pour nous empêcher de vivre pleinement l’émotion du deuil. Et oui, c’est trop tôt et nous ne sommes pas encore prêt à cela. Notre attention est alors portée ailleurs comme par exemple on se lance à corps perdu dans une tache (boulot ou autre). Pour d’autre, la forme sera celle d’un enfermement dans un silence ou encore de porter un masque de “je vais bien tout va bien”. D’autre encore vivront des aventures sans lendemain

– Recherche de la personne disparue :

Une part de nous espère secrètement que la personne va revenir, passer la porte où encore nous appeler. On va par exemple mettre des photos partout, réécouter la messagerie téléphonique de la personne pour entendre sa voix, où encore sentir les vêtements que l’autre portait pour retrouver son odeur.

Lors de cette phase, il va être important pour la personne de parler (soutient proche, association de soutient, thérapeute…) pour soulager la charge émotionnelle et laisser le temps faire son œuvre.


3. Déstructuration

Cette étape peut durer très longtemps (de 8 mois plus de 10 ans)

C’est le moment où il y a la prise de conscience, y compris à des niveaux profonds, que la personne ne reviendra pas. L’absence prend un grand A. C’est comme la sensation de perdre à nouveau la personne. Période difficile car on a la certitude qu’on ne s’en sortira jamais. On projette notre état actuel dans le futur en oubliant que l’on est dans un processus naturel. C’est souvent aussi lors de cette phase que le 1er anniversaire du décès va survenir. Quelques semaines avant, on peut se sentir beaucoup plus angoissé sans même y penser (horloge biologique).                

Lors de cette étape, un accompagnement en hypnothérapie va avoir un grand impact pour permettre à la personne de passer à l’étape suivante.


4. Restructuration et réinvestir le monde

C’est le moment où on prend conscience que la relation autrefois externe est maintenant existante au niveau interne, et que l’on peut y accéder à chaque fois que nécessaire sans souffrir. La plaie est cicatrisée. Elle peut encore tirer à certains moment (date anniversaire…) mais la plaie est maintenant fermée.

“C’est là et je continue à vivre”



En hommage à Impro, mon toutou chien que j’aime :